Méditation : méditation de l'esprit calme: Pensées dans la méditation



Êtes-vous sur notre GRATUIT Rencontres de méditation du lundi liste de diffusion?


Notre courriel hebdomadaire GRATUIT conçu pour donner un coup de pouce inspirant et méditatif à votre semaine .. un peu de nourriture méditative! Vous pouvez vous inscrire Les méditations du lundi ici.


Ceci est un extrait de cette semaine Musing est un arc profond pour Sayadaw U Pandita, le chef moderne de Vipassana, est décédé ce week-end. Un enseignant qui a inspiré et mis au défi tant de méditants et professeurs de méditation. Les principes de dénomination (ou parfois appelés étiquetage) ont été une source constante d'inspiration et d'orientation dans ma propre pratique et dans les ressources que je partage avec les autres.


Pensées en méditation


Une analogie que j'aime utiliser, quand je parle de méditation et de la façon dont notre esprit continue d'être diverti et distrait par les pensées … est d'imaginer l'esprit comme une machine à pop-corn. Le type que vous trouvez au cinéma.


Pensez .. des morceaux de maïs remplis d'air, volant au hasard, sautant dans toutes les directions, un peu de ceci et un peu de cela. Distrayant. Attrayant (sentant si bon). Quelque chose que nous savons n'est pas si bon pour nous (ou nous préférerions ne pas nous engager), mais nous découvrons toutes sortes d'histoires sur la raison pour laquelle nous devrions le faire.


Popcorn = Pensées en méditation


Apparemment, nous avons en moyenne 67 000 pensées par jour, et la plupart de ces pensées, nous les avons déjà vues environ mille fois auparavant. La plupart de nos pensées ne font que circuler constamment. Encore et encore. Rien de frais. Rien de nouveau. Juste séché des morceaux de vieux «pop-corn» .. et nous avons environ 1,16 pensées par seconde sur une journée de travail de 16 heures, ou 46,5 pensées par minute sur 24 heures.

En tant qu'êtres humains, nous sommes conçus pour penser!


Même en méditation, même à notre point le plus calme, il y aura presque toujours une vague de pensées douces que nous pouvons observer en arrière-plan. Et malheureusement, l'une des idées fausses courantes, ou obstacles, pour les personnes qui souhaitent apprendre la méditation est l'idée qu'elles doivent arrêter toute réflexion.


Mais, les pensées sont une partie importante de la vie et la méditation n'est pas une pratique ou une lutte contre elles. Mieux vaut devenir un ami de vos pensées, les écouter et leur permettre d'aller et venir comme ils le souhaitent, mais sachez que nous n'avons pas besoin de tout laisser tomber (ou de laisser tomber notre pratique de méditation) pour nous impliquer avec eux quand le temps n'est pas bon pour nous.

Les pensées qui ont un besoin urgent d'être «entendues» peuvent être traitées comme un enfant dans le besoin


Nous faisons une pause. Nous sourions et respirons. Nous prenons un moment pour reconnaître la pensée (comme nous le ferions pour un enfant) et leur donner l'espace pour être clairement entendu.


MAIS nous ne dialoguons pas avec eux pendant la méditation.


Souvent, cette autorisation et cette audition sont tout ce qui est nécessaire pour que les pensées relâchent leur revendication sur notre attention. Dans la méditation, nous ne supprimons ni ne réprimons .. comme le dit le dicton ce à quoi nous résistons persiste, au lieu de cela, ce que nous pourrions faire lorsqu'une pensée est particulièrement urgente ou cohérente, c'est remarquer que nous avons été pris dans une pensée, et simplement observer comment cette pensée pourrait affecter notre corps, physiquement et énergétiquement (comme une oppression dans les épaules ou tension dans la tête) ET essayez la technique connue sous le nom de «dénomination» pour revenir doucement à votre méditation.

NOMMER LA MÉDITATION
La dénomination peut être un merveilleux ajout à presque toutes les pratiques de méditation régulières. L'idée est simplement de remarquer puis de nommer notre pensée (ou distraction) telle qu'elle apparaît dans l'instant.


Donc .. nous pouvons avoir une pratique de la pleine conscience de la respiration, où nous concentrons doucement notre attention sur l'inspiration et l'expiration de chaque respiration, ou une pratique de mantra, avec un son ou un mot que nous répétons silencieusement dans l'esprit .. et quand un fort et la pensée insistante vient .. nous lui donnons un nom d'un mot .. notons silencieusement ce nom trois fois .. et ensuite laissons-le gentiment aller et retourner à notre pratique.


Nous observons la distraction. Nous nommons la distraction. Nous reprenons notre pratique. Et ce faisant, nous avons l'occasion d'approfondir vraiment notre compréhension de notre propre esprit.


* Lorsque vous êtes distrait par une pensée, prenez un moment pour regarder ce qui vous a éloigné de votre pratique .. si vous entendez un son, notez mentalement «entendre .. entendre .. entendre» puis revenir à la souffle.


* Si vous vous souvenez de quelque chose, notez «se souvenir .. se souvenir .. se souvenir» ou s'il s'agit de travail .. «travail .. travail .. travail» ou «faim .. faim .. faim». Ou cela peut être aussi simple que «penser .. penser .. penser».


* Doucement et gentiment … nommez la distraction trois fois, puis redirigez votre attention vers la respiration (ou votre pratique de base).


* À la fin de votre méditation, peut-être plus tard dans la journée, vous pourriez réfléchir à quelles étaient les pensées si urgentes et si alléchantes qu'elles vous ont distrait? Qu'est-ce qui occupait votre espace mental?

La dénomination peut également être un outil incroyablement perspicace en dehors de la pratique assise formelle. où notre esprit est MAINTENANT.


Que pensez-vous en ce moment présent?


Il peut être instructif de remarquer le flux constant de pensées qui nous traversent chaque jour. La pleine conscience de l'esprit (ce que nous apprend la dénomination) nous permet de vraiment «entendre» ce que nous nous disons .. dans ce monde de pop-corn constant de l'esprit.

QUESTION. Êtes-vous conscient de ce qui arrive à votre corps lorsque vous voyez quelque chose dont vous n’êtes pas d’accord ou bien que vous avez une opinion dissidente d’un autre ? Depuis la réalisation de la méditation guidée Méditation transcendantale, je reçois de nombreuses énigme sur la réduction du attaque – comment réduire/gérer le violence dans les milieux de travail et dans la vie quotidienne. Nous cherchons des résultat rapide pour équilibrer le déséquilibre pour en question sur la méditation. Mais il est nécessaire d’une pratique et fin  » rapide  » sont seulement aussi bonnes que le temps recouvert pour les mettre en œuvre – en d’autres termes, nos modèles de attaque ont enflé avec le temps et il faudra du temps pour baisser nos réponses en or stress, alors soyez patients. De nombreuses individus sont stressées de ne pas voir les résultats assez rapidement du fait de leur stress. Lorsque nous trouvons à ce croisée des chemins, devons prendre du recul et respirer. Comment diminuer le attaque ? Une des façons est d’OBSERVER, de METTRE EN ŒUVRE, de DIFFUSER (OID). Sur une période de temps & essayez de ne pas juger, juste 1) OBSERVEZ votre schéma – comment vous vous comportez, ce que est votre fonctionnement mental quand vous êtes stressé. Que faites-vous lorsque vous êtes stressé ? Commencez-vous à vous inquiéter et à imaginer le pire ? Est-ce que vous mangez trop ainsi qu’à pas assez ? Fumez-vous ? Vous rongez-vous ongles ? Vous mordez la lèvre et pourquoi pas serrez la mâchoire ? Vous tapez sur vos associé de façon incontrôlée ? Pensées incontrôlées / esprit de course ? Avoir des souffrances de tête ? Des damnations de dos ? Des dommages d’estomac ? Mordre les gens / êtres aimés ? Mauvaise humeur ? Déprime ? Retenir votre souffle ? Commencez à OBSERVER votre aqueduc en cas de stress. Et rappelez-vous, pas de jugement, c’est la partie de la pratique qui consiste à établir faits. Si vous trouvez cela utile, tenez un journal et documentez ce que vous découvrez.
Une fois que vous avez observé et déterminé COMMENT vous vous comportez, réagissez et êtes affecté dans le stress, la stade suivante est la suivante : 2) MISE EN ŒUVRE de la solution pour atténuer le stress. Cela met en avant a) de prendre de longues et profondes respiration suivies de lentes expirations (la respiration poche est la CLEF de la réduction des niveaux de stress), b) d’insérer un mantra que Vous trouvez et pourquoi pas Créez tel que « JE SUIS Calme » « J’AI ceci » « JE SUIS Capable » « JE SUIS en Réception de Réponses » « JE SUIS Centré » ou tout ce qui Vous convient. Vous pouvez avoir à s’amuser avec quelques-uns pour trouver le bon ou bien en avoir quelques-uns à utiliser dans différentes situations. c) CHANGER VOTRE MENTAL à à brûle-pourpoint de la situation/personne/lieu ou bien chose. Si il est une situation que Tu ne peux pas quitter ou changer quant à moment, alors changer Ta Perspective sur la situation à réduire Ton intrusion à ce sujet. En même temps, MISEZ EN ŒUVRE les changements que vous avez l’intention (non pas le souhait, ni l’espoir, par contre l’INTENTION) de créer pour vous-même. Encore une fois, tenez un journal si cela peut vous aider. L’auteur à succès Terry McMillan s’est levée des heures avant d’aller travailler pour écrire, gardant son rêve or premier plan. Garder cet vision en vue, à portée de main. MISE EN ŒUVRE de la solution/des changements & de votre formel comportement/réactions / pensées au stress. Se centrer, s’ancrer et s’équilibrer intérieurement. Cela se manifestera finalement à l’extérieur avec le temps et la pratique. Commencez un certain type d’exercice ou de mouvement, même si il est pour plusieurs moment parmi jour, jusqu’à ce que vous puissiez former des périodes plus longues. C’est un moyen de baisser le stress ! En passant pendant l’action #2 MISE EN OEUVRE Vous tomberez naturellement dans la partie 3) DIFFUSEZ le stress. Chaque fois que vous sentez le effraction augmenter (c’est OBSERVER) à cause de votre pratique, vous pouvez passer à la MISE EN ŒUVRE de la respiration, à la MISE EN ŒUVRE de l’état d’esprit avec votre mantra dans l’hypothèse ou nécessaire, ce qui abaisse votre distension artérielle, ralentit votre rythme cardiaque, calme glandes surrénales qui déclenchent l’adrénaline et vous amène à un état centré. Bien que ce ne mettons pas aussi urgent que de respecter une date butoire ou bien d’effectuer vers l’insuline, pensez facilement à OBSERVER ce qui vous arrive lorsque vous êtes sur Facebook lol – j’ai remarqué/réalisé en réponse à un post que j’ai vu à abruptement de quelque chose de merdique qui est arrivé à l’enfant d’un ami et que mon corps avait tendu – je serrais mes muscles alors que j’écrivais une réponse ! Avant d’appuyer sur le bouton d’envoi, je me suis demandé dans l’hypothèse ou mon commentaire aiderait ou bien inciterait, serait une solution ou contribuerait or chœur de l’indignation. Pendant ce temps, j’ai décrété de ne pas cacher le commentaire & en même temps, mes muscles se sont relâchés ! J’ai fait WHOA ! Il faut que je mate ça ! Les vieilles réactions de combat et pourquoi pas de fuite que notre corps fait sur mesure notre protection – le rythme cardiaque, la pression du sang augmente, muscles se resserrent pour agir et notre respiration s’accélère, que la gâterie extérieure admettons réelle et pourquoi pas non – c’est PENSÉE sur ce que percevons qui fait que le corps se met en surcharge. Plus devenons conscients de nous-mêmes, mieux nous serons. SOYEZ la Paix que vous souhaitez voir. Passez une journée en pleine conscience !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*